Alain Lompech - Le Monde - Obituaire - Un ravélien pétri du respect des oeuvres

Né à Kovno, en Lituanie, le 26 mai 1904, Vlado Perlemuter est venu en France quatre années plus tard. Elève de Moritz Moskowski (1854-1925), puis d'Alfred Cortot (1875-1962), il ne tirait pas davantage de gloire de cette prestigieuse ascendance qu'il ne croyait aux traditions d'interprétation. « C'est la stratification des tics », disait-il. A 15 ans, il reçoit le Premier Prix de piano du Conservatoire de Paris ; à 16 ans, le Prix d'honneur ; à 17 ans, le Prix Diemer, qui n'était ouvert qu'aux Premiers Prix des dix années précédentes.

Tout jeune, Vlado Perlemuter joue dans les cinémas pour accompagner les films muets. En 1927, il décide d'aller voir Maurice Ravel chez lui, à Montfort-l'Amaury. Il a 23 ans, Ravel un peu plus de 50. A-t-il été son élève ? Modestement, Vlado Perlemuter refusait ce titre : « J'ai travaillé seul toute son oeuvre pianistique, puis je suis allé la lui jouer pour recevoir ses critiques et ses conseils. Ces rencontres sont si lointaines que seuls quelques détails restent gravés dans ma mémoire, mais ce que j'ai retenu de ces séances de travail, c'est son exigence de laisser à l'interprète la parole dans le respect de ce qui est écrit. »

En 1929, Vlado Perlemuter joue à Paris l'intégrale de la musique pour piano de Ravel, qui a tenu à être là. A la veille de la seconde guerre mondiale, il est tenu pour l'un des pianistes qui comptent. Réfugié en Suisse, Vlado Perlemuter retrouvera ses amis Dinu Lipatti, Clara Haskil, Wilhelm Backhaus. Il est nommé professeur au Conservatoire de Paris en 1951. Se dépensant sans compter pour ses élèves, il était rare que « Vladlo pour l'moteur », ainsi que l'appelaient ses élèves, quitte la rue de Madrid avant 10 heures du soir. dévoué à ses élèves.

Ce qu'il enseignait ? Le respect des oeuvres, du texte, du public, le sens caché des textes. Célèbre ravélien et debussyste, c'est pourtant avec Schumann, Mozart et Beethoven qu'il marqua le plus ses élèves. Parmi eux, à Paris et lors des Master Classes qu'il donna un peu partout dans le monde, à des théories d'élèves : Christian Zacharias, Jean-François Heisser, Michel Dalberto, Gisèle Magnan, Stephen Hough, etc.

Quand il quitta le Conservatoire en 1978, il revint au studio d'enregistrement et apparut de plus en plus en public. Au début des années 1980, Perlemuter donnait plus de soixante-dix concerts par an. Il lui revint l'honneur d'ouvrir, à 85 ans, le Festival de Newport, aux Etats-Unis, pour le bicentenaire de la Révolution française. Vlado Perlemuter était grand officier de la Légion d'honneur.

Alain Lompech. Le Monde du 7 septembre 2002. Reproduit avec l'aimable autorisation de l'auteur.

 

Copyright

 

Contrat Creative Commons
www.vladoperlemuter.com d'Olivier Mazal est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 non transcrit.