Jean-François Heisser - Le Journal du Conservatoire de Paris

Vlado Perlemuter nous a quittés le 4 septembre. Avec lui s’est éteint le dernier représentant d’une race d’artistes qui a traversé le XXème siècle et renouvelé la notion même d’interprète. J’ai eu la chance de faire toutes mes études au CNSMDP dans sa classe. La présence de Vlado Perlemuter au Conservatoire était fort discrète, mais la salle Gounod, au 2ème étage de la rue de Madrid, était le témoin d’un rituel immuable. Les lundi, mercredi, vendredi, les élèves « du jour » étaient tous présents pour 14 heures tapantes. L’ambiance solennelle, voire oppressante parfois, se détendait peu à peu dans l’après-midi. Le privilège était de passer le dernier dans une atmosphère quasi euphorique, le Maître se laissant aller à jouer les œuvres travaillées, souvent d’un bout à l’autre d’ailleurs… Le concierge venait interrompre la séance d’un air bougon : c’était la fermeture, souvent à 20h30 et plus. Aujourd’hui, avec le recul, cette générosité par rapport au temps donné me semble inestimable. Souvent, il quittait le Conservatoire et allait attraper le dernier avion du soir pour se rendre à ses concerts. Les voyages à l’étranger étaient planifiés longtemps à l’avance en accord avec le directeur. Marcel Ciampi, le protecteur, l’ami fidèle et admirateur, venait passer trois ou quatre semaines avec nous : image d’un grand-père qui avait joué avec Monteux, connu Saint-Saëns, Diemer, Planté et beaucoup d’autres. A l’époque, la carrière de Vlado Perlemuter se déroulait ailleurs qu’en France : nous avions les échos de concerts et de tournées lointaines, mais il n’y avait pas de corrélation avec l’homme racé, fragile, qui nous impressionnait chaque semaine. Tout jeune, j’avais entendu un récital Ravel qui m’avait marqué. Mais il fallut attendre encore de nombreuses années pour que l’artiste prenne son envol décisif auprès du public français et que l’on découvre un géant.

Le Journal du Conservatoire de Paris, novembre 2002. Reproduit avec l'aimable autorisation de l'auteur.

 

 

 

Copyright

 

Contrat Creative Commons
www.vladoperlemuter.com d'Olivier Mazal est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 non transcrit.